AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Choose Your Destiny

Trois îles, trois races. Vampires, loups-garou et humains se battent pour dominer ce qu'il reste du monde. Qui incarnerez-vous ?
 

 :: Who you're gonna be :: Tell me who you are :: Fiches en cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

William Fitzroy ◊ I'll have you beggin' for more

avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 26/06/2017

Who are you ?
Célébrité: Luke Evans
Copyright: Swan
Pouvoir: Doloris
Mar 19 Sep - 1:23

William Henry Fitzroy
ft. luke evans
► a few words
Âge : 510 ans / 37 ans
Date et lieu de naissance :1515 à Londres
Nationalité : Anglaise
Situation familiale : Célibataire
Race : Vampire
Lieu de résidence : Bloody Hell, Manor Fitzroy
Profession/études : Chef de Bloody Hell

► who are you ?
Eo adducta re per Isauriam, rege Persarum bellis finitimis inligato repellenteque a conlimitiis suis ferocissimas gentes, quae mente quadam versabili hostiliter eum saepe incessunt et in nos arma moventem aliquotiens iuvant, Nohodares quidam nomine e numero optimatum, incursare Mesopotamiam quotiens copia dederit ordinatus, explorabat nostra sollicite, si repperisset usquam locum vi subita perrupturus.

► doloris
Eo adducta re per Isauriam, rege Persarum bellis finitimis inligato repellenteque a conlimitiis suis ferocissimas gentes, quae mente quadam versabili hostiliter eum saepe incessunt et in nos arma moventem aliquotiens iuvant, Nohodares quidam nomine e numero optimatum, incursare Mesopotamiam quotiens copia dederit ordinatus, explorabat nostra sollicite, si repperisset usquam locum vi subita perrupturus.
behind the scenes
Yume
Ton âge : 26 ans Comment as-tu connu CYD ? J'en suis le maître suprême Qu'en penses-tu ? J'adore What a Face Ta fréquence de connexion : 7/7 jours Mot de passe OK - W.F
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 26/06/2017

Who are you ?
Célébrité: Luke Evans
Copyright: Swan
Pouvoir: Doloris
Mer 1 Nov - 23:08
i'm gonna pop your bubble gum heart
_ Mon Seigneur, votre enfant est né ! C’est un garçon !

Le roi bondit de son trône pour suivre le serviteur qui courait dans les couloirs. Un Roi n’était pas sensé courir, mais un cadeau du ciel l’attendait dans la chambre de sa maîtresse. Tout le monde savait que la reine n’était pas la seule à partager la couche du roi. Pourtant, personne n’y faisait allusion devant elle, plus particulièrement depuis que le ventre de la servante s’était arrondi.

« Où est-il ?! »

A peine avait-il prononcé ces mots, que déjà le serviteur qui avait emmené sa Majesté jusqu’à l’antichambre, réapparut devant lui avec un bébé dans les bras. Le visage habituellement inexpressif du Roi laissa pourtant place cette fois à un large sourire de satisfaction. Il désirait un héritier depuis le jour de son premier mariage et avait été déçu par ses femmes et ses différentes maîtresses. Mais cette fois c’était la bonne. Il aimait ses filles, mais ne voulait pas d’elles sur le trône. Il savait qu’elles n’auraient pas l’étoffe de grandes souveraines.

Il ne quittait pas son garçon des yeux, émerveillé et fier. Dans son esprit, il prévoyait déjà le parcours complet de son enfant. Il avait déjà sélectionné les meilleurs précepteurs. Il serait érudit et chevalier. Il serait respecté des hommes et convoité par les femmes. Comme il l'avait été. Il avait les yeux bleus de sa mère et le sourire de son père. Il avait déjà tout pour plaire. Maintenant, il fallait faire en sorte que son éducation soit parfaite, pour faire de lui, le souverain que son père voulait qu’il fut.

_ Mon Seigneur, il faut que le petit retourne auprès de sa mère…

« Jetez-la dehors. »

_ Mais mon Seigneur…

« Ne discutez pas mes ordres. Elle ne nous sert plus à rien. Donnez l’enfant à ma femme. Dites lui qu’il s’appelle Henry. »

La reine n’aurait pas son mot à dire. Son époux avait tous les droits, c’était lui le roi. Par conséquent, elle devrait prendre soin du petit Henry comme si c’était son propre enfant. Personne ne devait savoir que ce petit n’était qu’un bâtard. Il devait être considéré comme légitime, s’il voulait avoir une chance d’accéder au trône. C’était le premier fils illégitime reconnu par le roi. Anne Boleyn, la reine, bien qu’elle le cachait à merveille, méprisait l’héritier. Elle, incapable de donner naissance à un garçon, maudissait celui-ci, au plus haut point.

Au fur et à mesure que les années passaient, le petit Henry gagnait en intelligence et en force. Il avait de nombreuses qualités similaires à celle de son père et malheureusement pour ce dernier, certains défauts de la reine. Cela prouvait clairement que tout n’était pas qu’une question de génétique. Chacune des bêtises qu’il pouvait faire, il faisait en sorte que l’on accuse l’une de ses sœurs. Bien que la reine prenait la défense de ses filles, le Roi lui, donnait toujours raison au jeune Henry.

A 14 ans, il était déjà grand et se battait avec beaucoup d’aisance. Bien qu’un peu trop maigre et pâlichon, il était en âge de se marier. En novembre 1533, il épousa Lady Mary Howard. Pour des raisons qui étaient encore inconnues à l’époque, le jeune couple était incapable de procréer. Tout le monde pensait que c’était la faute de sa femme - car au XVIe siècle, c’était souvent la faute des femmes. Bien conseillé par son parrain Sir Thomas Wosley, il prit une maîtresse pour essayer d’avoir une descendance. Malheureusement, après plusieurs mois de vains essais, sa maîtresse n’était toujours pas enceinte.

Pour palier à ce manque qui commençait à grandir dans le cœur du jeune homme, il passait le plus clair de son temps auprès du Roi, à apprendre les rudiments d’un bon chef d’état. Son père régnait d’une main de fer, tout en étant juste et loyal avec ses hommes. En se promenant dans les couloirs, il n’entendait pas les serviteurs se plaindre de la façon dont le Roi dirigeait son peuple. En revanche, si par malheur il y en avait un qui s’exprimait de travers, Henry s’empressait de le répéter à son père et son parrain. Ce dernier suivait les progrès de son filleul avec grand intérêt. Il était plus que fier mais il avait le pressentiment que le jeune Henry n’allait pas rester parmi eux bien longtemps.

Il avait 17 ans, et la tuberculose courrait le pays. Au grand désarroi du Roi, le jeune Henry ne fut pas épargné. Il aurait dû devenir un grand Roi, mais le destin en avait décidé autrement.

_ Le jeune Duc est mort. Lord Henry Fitzroy est mort ! finit-on par annoncer dans tout le Royaume.

Au pied de son lit, le seigneur pleurait. Quelques larmes coulaient, silencieuses, sur les joues d’Henry VIII. A plusieurs kilomètres de là, dans le château de Thomas Wolsey, principal ministre du roi, un jeune homme dont les traits étaient identiques à ceux du jeune prince décédé, se réveillait doucement.

« Ne suis-je point mort ? » prononça-t-il en essayant de se lever.

_ Là, mon enfant. Ne te précipite pas, tu es encore sous les vapeurs de la maladie.

S’asseyant sur le lit, aux côtés de son filleul, il rallongea ce dernier, un fin sourire rassurant au coin des lèvres. Sans un mot de plus, le jeune prince se rendormit. La maladie l’avait épuisé et bien que Sir Thomas l’avait soigné, il lui faudrait encore quelques jours avant d’être totalement remis sur pied. Ainsi, plus d’une semaine passa avant que Henry ne se remette à gambader dans le château. Maintenant, il lui fallait des explications de la bouche de son parrain.

« Il va falloir que vous m’expliquiez mon oncle. Je pensais que la Mort m’avait étreint. Pourquoi suis-je ici et chez vous ? Le Roi est-il au courant ? »

Le sourire de Sir Thomas s’élargissait alors qu’il finissait son verre de vin. Il posa sa coupe et ses coudes sur la table, avant de plonger ses yeux dans ceux du jeune homme.

_ Tu étais à l’agonie et je ne pouvais laisser faire une telle chose. J’ai décidé de te prendre avec moi car je te réserve un destin particulier. Tout le monde à présent te croit mort, y compris le Roi et je veux qu’il en soit ainsi jusqu’à ce que le moment soit propice à ta nouvelle vie.

« Mais quel destin mon oncle ? »

_ Patience, dit-il en se levant pour venir taper dans le dos de son filleul. Tu sauras tout bien plus tôt que tu ne le penses.

Henry ne répondit rien à cela, finissant son repas dans un faux silence. Dans son esprit, des milliers de questions se bousculaient. Bien qu’il n’avait pas froid aux yeux, par respect, il les gardait pour lui. Si Thomas disait que les réponses arriveraient tôt, alors elles arriveraient tôt. Jusque là, patience serait son maître mot.

Puis les trente ans d’Henry arrivèrent bien vite. A chaque fois qu’il était tombé malade, son oncle avait été là pour le soigner de son remède miracle. Sa composition était inconnue de tous. A part pour la chasse très tôt le matin avec son cousin William, pas une seule fois Henry n’avait quitté le château. Il lui était interdit de reprendre contact avec sa femme et son père. Pour tous, il était le jeune précepteur de Liam. Ce dernier était le seul, avec Thomas, à connaître la vérité mais aimant presque le jeune homme comme son frère, il avait lui aussi fait la promesse de tenir sa langue.

Lord Fitzroy, au fil des années, avait développé un don certain pour la manipulation et le sadisme. Il prenait un plaisir malsain à dépecer les animaux et se jouait de son cousin. Il ne faisait jamais rien de bien méchant, mais ce n’était pas l’envie qui manquait. Il rêvait de pouvoir disséquer un corps humain et savoir comment celui-ci était fait à l’intérieur. Thomas qui l’avait appris de ses serviteurs, ne s’en inquiétait pas, bien au contraire, il s’en réjouissait. Plus il connaissait ses exploits, plus il était sûr du choix de vie qu’il avait fait pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 26/06/2017

Who are you ?
Célébrité: Luke Evans
Copyright: Swan
Pouvoir: Doloris
Mer 1 Nov - 23:08
+1
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Choose Your Destiny :: Who you're gonna be :: Tell me who you are :: Fiches en cours-
Sauter vers: